514-706-0890   info@tinakarr.com

Si on choisissait d’aimer !

Si on choisissait d’aimer !

Vivre à deux exige une sacrée dose  de courage. Non pas dans les premiers mois ou même les premières années alors que la relation est absolument magique et que chacun semble être porté par un nuage d’insouciances, mais plus tard, juste un peu plus tard, lorsque le  quotidien commence à agacer le couple comme une écharde enfoncée au bout du doigt.

À ce moment, les petits défauts que l’on trouvait si mignons deviennent de sérieux irritants et  agissent comme de véritables détonateurs de tensions susceptibles de se transformer en querelles épiques. Ainsi, les petits matins ensoleillés, où le café chaud suffisait à décrocher un sourire, se couvrent d’ombres grisâtres et rendent le goût de l’amour éteint bien amer.

Disparus tous les instants partagés, enlacés. Ceux-ci, remplacés par des attentes sans lendemain entraîneront, inéluctablement, l’accumulation de ressentiments destructeurs qui useront, petit à petit, le sentiment amoureux.  Comme un supplice chinois, ce goutte-à-goutte larmoyant s’appliquera à forger l’abîme de l’indifférence, puis du détachement. Les amants du passé se seront perdus pour laisser place à deux êtres en quête de renouveau.  La plupart choisiront de quitter la relation dans l’espoir de retrouver ailleurs, les sensations délicieuses qui jadis, soûlaient les amoureux.

Peut-on vivre longtemps au sein du même couple?  Est-il possible vraiment possible de  traverser les années, une à une, sans jamais souhaiter sauter du train-train pour embarquer dans une nouvelle aventure plus excitante, plus enivrante que celle dans laquelle nous languissons ?  Peut-on, réalistement, courir la ligne du temps, main dans la main, cœur à cœur, comme nous l’avions espéré et juré à l’autre, le jour où nous lui avons déclaré: « Oui je le veux » ?

Pour affronter les nombreuses tempêtes qui souffleront inévitablement sur la relation, il est essentiel de croire dans la puissance de l’amour. Car de toute évidence, la vie à deux ne ressemble en rien à un long fleuve tranquille. Ponctuée de moments absolument exaltants et d’autres parfois bien désolants,  il faut se munir d’un cœur solide pour vivre au rythme de ce ballet étourdissant.

Et c’est justement de ce cœur dont il s’agit. Ce cœur rouge d’ambition, qui un jour s’est gonflé de rêves exquis en apercevant l’âme qui se voulait sœur. Saisissant moment, où la passion naissante embrasse les amants. La passion! Nourrice d’espoirs éternels, ciment fragile du couple. Pourquoi s’éteint-elle à l’instant même où il faudrait au contraire, qu’elle enflamme la relation?

Qu’elle est sauvage cette destinée qui écorche les baisers langoureux et assèche les corps désunis!

Or, ce n’est qu’une fois le plaisir charnel assouvi et l’excitation sensorielle fougueuse évanouie que le véritable amour peut naître. C’est dans cet espace vierge et dépouillé de tout artifice que le couple, libéré des émotions envahissantes et aveuglantes de la passion, peut enfin laisser l’amour durable prendre racine. Ainsi, ancré dans la réalité et bien loin des espérances basées sur de simples illusions, l’attachement sincère se crée.

Si l’adage dit bien  «l’amour ne dure que trois ans»,  il se trompe. Il perpétue la confusion qui existe entre passion et amour, entre amour et désir, anéantissant par la même occasion toutes les chances de construire une relation amoureuse durable.

L’homme et la femme possèdent cette formidable aptitude de transporter l’intensité de la sensation passionnelle et érotique vers un état d’amour véritable et permanent, lorsqu’ils s’engagent sincèrement à aimer inconditionnellement et réciproquement. Nourrie par cette  force nouvelle, vivante, enveloppante et complice, la longévité de l’unité du couple est ainsi naturellement assurée.

Cet article a été publié sur le HuffingtonPost